Certes, on a bien vu ces derniers temps Marseille, la ville, se distinguer dans l’actualité au rythme des rafales de kalachnikovs et des décès brutaux et essayer de focaliser l’attention télévisuelle. Mais la ville de Gaston Deferre et de Zinedine Zidane ne tient, pour l’instant, que de l’épiphénomène vingt-heuresque, même si la belle histoire du trafic de bébés roms sur la Canebière et autour du Vieux Port a pu avoir un certain succès, peuchère.

Il convient d’alterner les plaisirs, et donc, pour nous tenir en haleine 24 heures sur24 et 7 jours sur 7, tout en divertissant les foules avec le sempiternel bouc émissaire, les chaînes d’info continue nous ont dégoté le couple infernal de la saison 2013 2014, les Bonnie and Clyde du 20 heures, les deux ennemis intérieurs les plus télégéniques du moment : l’amateur de hérissons et l’éleveur de dromadaire. Si depuis le 11 septembre, l’intégriste islamique, plus connu depuis quelques mois sous le nom de « salafiste » a tenu la corde, fortement épaulé par les jumelages internationaux avec la Somalie et le Mali, l’Afghanistan et le Pakistan ou encore la Syrie et la Libye, le Rom reste récurrent dans l’actu.

Mais, on le sait bien à potasser les chiffres d’audience de l’émission « Le dessous des cartes » sur Arte, aussi faméliques qu’un vautour en Suisse ou qu’un requin au Sahara, le téléspectateur moyen ne s’embarrasse pas plus de préoccupations géopolitiques que de considérations diplomatiques à l’heure de la soupe, de Cyril Hanouna et des Ch’tis à Hollywood.

Cet été, entre le Maire de Nice et le Ministre de l’Intérieur, a eu lieu une sévère compétition de mise au pilori du mangeur de hérissons qui semble bel et bien avoir tourné à l’avantage du locataire a la fois de la place Beauvau et des premières places des sondages de popularité. C’est ainsi que le Rom est redevenu la tête de Turc. Certes, le Rom est moins armé que le terroriste fondamentaliste intégriste islamiste suicidiste, pardon suicidaire, mais bien plus visibles par nos contrées.

Mais, passons, car si l’islamiste radical est revenu subrepticement par la petite fenêtre là où on ne l’attendait pas, au pays des Kenyatta père et fils, la découverte de deux victimes françaises a-t-elle permis aux télés de nous gaver avec la tuerie de Westgate en direct live pendant quatre jours grâce à une supposée empathie des téléspectateurs à même d’éclairer d’un sourire satisfait la face d’un annonceur publicitaire ?

On se demande donc quand arrivera le prochain barbu ou voleur de poules qui illuminera nos écrans télé d’abord. Dormons tranquilles et soyons sûrs de ne rien rater car les caméras de télésurveillance veillent pour nous. Quant à moi, je continuerai à éviter comme la peste ou le choléra les couples comme BFM et i-télé, RTL et Europun, Vals et Sarkozy.

Par contre, ce soir, je prendrai bien du fromage et du dessert après avoir mangé un couscous en écoutant Django Reinhardt…