Chroniques d'un monde malade

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - éthique

Fil des billets

mercredi 21 novembre 2012

UMP : la moitié plus quatre-vingt-dix-huit…

fillon_cope.png

Après quelques dizains d’heures d’un suspense quasi-insoutenable, les élections présidentielles à l’UMP ont livré leur verdict pour un président bien mal élu… Une Mauvaise Plaisanterie ?

L’UMP aura donc offert un spectacle haut en couleurs, mais aussi en invectives, en accusations mutuelles de fraudes, en suspense et aura occupé les grands médias tout le week-end et même un peu plus : des envoyés spéciaux en pagaille pour des directs à la pelle. Les chaînes d’information continues n’ont pas lésiné sur les moyens et le temps accordé à cet « événement » qui a squatté les écrans. Comme d’habitude lors de ce genre de retransmission exclusive, il ne s’est rien passé d’autres ni en France, ni dans le monde, tout juste si Audray Pulvar a pu nous tenir au courant de sa situation affective et de sa séparation avec l’homme à la marinière, Arnaud Montebourg…

Mais revenons à notre sujet du jour : l’UMP s’est choisi un président avec difficulté et certainement grincements de dents. Le parti voulait nous montrer sa capacité à établir en interne un moment fort de démocratie. On se souviendra que les différents instituts de sondages qui prédisaient une large victoire de François Fillon on tous fait une erreur fondamentale : interroger des sympathisants et non des militants, véritable corpus électoral de ce scrutin.

Lire la suite...

mercredi 26 septembre 2012

La décomplexitude de Copé

visuel3_26sept.jpg

L’inénarrable patron de l’UMP sentirait-il qu’il n’est pas inamovible ? La course à l’échalote se poursuit entre Copé et Fillon pour présider le parti. Fillon, en bon coureur automobile (mais piètre conducteur de scooter) a déjà envoyé les gaz. Le bon Jean-François, lui envoie l’artillerie lourde…

On connaissait déjà la légendaire finesse du maire de Meaux qui, malgré des sourires avenants et néanmoins de plus en plus crispés, n’est pas aussi coulant que le brie de sa bonne ville. Si le général de Gaulle, lointaine inspiration de l’UMP, glosait sur la France et ses spécialités laitières en énonçant la sentence définitive et certainement scientifique, n’en doutons pas : « Un pays qui produit plus de 365 sortes de fromages ne peut pas perdre la guerre », son lointain successeur semble faire un fromage du « racisme anti-blanc » alors que le combat des chefs de l’UMP se rapproche.

Lire la suite...

mercredi 23 mai 2012

Haro sur Taubira

taubira.jpg

Droite et extrême droite réunies le temps d’une chasse à courre ? C’est possible ici et maintenant. Ca se passe sous le règne de François 3. La meute a trouvé son gibier et se rue sur la nouvelle Garde des Sceaux. Haro sur Taubira...

Ainsi, si pour le site du Monde, « Christiane Taubira cristallise les rancœurs », pour Libération « Christiane Taubira, (est la) cible des attaques de l'UMP ». Outre le côté un peu suranné du titre du Monde et celui plus direct mais incomplet de Libé, on peut se demander pourquoi la droite de droite ou encore la droite de la droite, voire plus si affinités, s’est choisi comme bouc émissaire, comme tête de Turc, comme vilain petit canard ou encore comme mouton noir la nouvelle garde des sceaux, après certes un galop d’essai contre la potentielle traitresse (et pas Pécresse) à la nation qu’est forcément Najat Valleaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement.

Lire la suite...

mercredi 15 février 2012

Le prix du colonialiste de l’année revient…

sortir.jpg

Comme chaque année, lors de la semaine anticoloniale, le prix du colonialiste de l’année sera décerné aux plus méritants des esprits, si j’ose dire, coloniaux. Cette année encore la bataille fait rage. Dans la si belle France de Sarkozy 1er, il y a de la concurrence et l’embarras du choix…

Organisée par l’association Sortir du colonialisme depuis 2008, la semaine anticoloniale se termine en point d’orgue avec la remise du prix du colonialiste de l’année dont le vainqueur ne vient jamais chercher son prix. L’an dernier, Brice Hortefeux l’avait emporté d’une courte tête sur Michelle Alliot-Marie, alias MAM. Les deux faisaient la paire puisqu’ils n’ont ni l’une ni l’autre survécu au remaniement ministériel du 27 février 2011.

Cette année encore, la lutte est serrée. En effet, outre que les nominations se sont ouvertes à de jeunes espoirs, on remarquera que la concurrence dans le domaine de l’abjection raciste et coloniale est forte. Le climat nazi ah bon, qui peut se prononcer également nauséabond favorise l’émulation entre les thuriféraires du régime. Mais si cette ambiance si propice pourrait retomber l’an prochain en cas d’alternance rose, gageons que l’esprit colonial si cher au cœur de notre grande nation survivra. D’ailleurs, Laurent Fabius a déjà pris une longueur d’avance en allant présenter ses hommages au président gabonais Ali Bongo. Bref, le réservoir à pulsions coloniales n’est pas près de se tarir comme on dit à l’heure du thé à la menthe au Caire…

Lire la suite...

samedi 19 novembre 2011

Palais des Sports à Rouen : pour une poignée de Kinder Surprise™

kinder-grenade.jpgAinsi donc, le palais des sports de notre agglomération va s’appeler «KindArena»… Un choix qui laisse rêveur. Comme un enfant qui commence à déballer de ses petits doigts anxieux un œuf fourré au plastique, le (la) citoyen(ne) de l’agglomération commence à frissonner, transpirer, angoisser, espérer, s’interroger : quelle surprise va-t-on trouver à l’intérieur ?

La CREA a donc offert contre 5 millions d’euros (sur 10 ans) à Ferrero France le droit de donner le nom « KindArena » à un équipement public largement bâti avec le pouvoir financier d’investissement de la Crea reposant sur les impôts locaux des habitants. On est content de savoir que ces 5 millions seront déduits de la part que nous finançons (non, là, je rêve ?). On peut déjà par le principe être contre le fait de donner un nom issu du commerce à un équipement réalisé avec des fonds publics. Mais là, avec Ferrero, c'est une longue histoire...

Lire la suite...

mercredi 28 septembre 2011

Bourgi/Wade : même pas mal…lette !

wade_sarkozy.jpg

Dans le monde merveilleux des commissions et rétro commissions, notre légionnaire d’honneur Robert Bourgi se lance dans le rétro pédalage. Wade ? Pas Wade ? Comme Chirac, Bourgi aurait-il lui aussi la mémoire qui flanche ?

On ne sait pas si le sieur Bourgi est lui aussi victime d’anosognosie, mais pas besoin d’être un neurologue confirmé (j’ai bien dit neurologue, pas urologue, on ne parle pas de DSK) pour souffrir, disais-je avant d’être interrompu par moi-même, de troubles de la mémoire. Ainsi, dernièrement, après son numéro de lâcher de ballons, Robert Bourgi qui a balancé à tout va quelques noms comme Chirac ou Villepin, aimablement surnommé Mamadou par lui-même et le Cannibale de Lewaï (a.k.a. El Hadj Omar Bongo Ondimba) vient de se souvenir que, non, tous comptes faits, finalement, en réfléchissant bien, le bon Abdoulaye Wade, n’a pas participé à la chasse au trésor transcontinentale en fournissant lui aussi gracieusement de belles mallettes garnies copieusement de jolis billets de banque, tout neufs et bien craquants.

Le Sénégal et l’Elysée respirent. Surnommé Télé-Toukki-Touba, l’ancien avocat n’a donc pas envoyé dans l’ancienne métropole de bagages à main ou de djembés truffés aux devises. C’est donc tout à l’honneur de Robert Bourgi de reconnaître ses erreurs, de revenir sur ses déclarations et de laver de tout soupçon quelqu’un dont on connaît le travail quotidien contre la corruption ou les abus de pouvoir et son goût pour l’art nord-coréen.

Lire la suite...

mercredi 21 septembre 2011

Relaxe générale !

 Malgré ses (presque) soixante dix-neuf ans, Jacques Chirac pète la forme en ce qui concerne son actualité judiciaire. Après son anosognosie qui lui évite bien des tracas dans les prétoires, on lui propose même la relaxe dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. Profitons-en, le mari de Bernadette paye sa tournée générale…

L’inénarrable ancien président a au moins autant de ressources, sans mauvais jeu de mots, après sa carrière politique que pendant. Pour reprendre une de ses expressions favorites, quand la Justice s’emmêle et s’en mêle, les accusations le concernant font pschitt, ce qui n’est pas le cas de la nouvelle taxe sur les sodas, soit dit en passant.

Ainsi, dans cette affaire des emplois fictifs pour laquelle Jacques Chirac était sur la sellette avec ses neuf complices, pardon, co-prévenus, il semblerait que la Justice elle-même finisse par devenir elle aussi fictive. Michel Maes, le procureur qui officie dans cette affaire a demandé « la relaxe pour l'ensemble des prévenus pour les faits qui leur sont reprochés ». Mais ce n’est pas tout, au cas où la relaxe n’aurait pas été accordée, Monsieur Maes avait tout prévu et proposé à la Cour : « Si vous deviez considérer que le délit est constitué, vous prononcerez une dispense de peine. »

Lire la suite...

- page 2 de 11 -