Chroniques d'un monde malade

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Nord-Sud

Fil des billets

jeudi 17 janvier 2013

A Malien, Malien et demi…

875991-france-mali.jpg

On en parlait depuis quelques mois, ça y est, la France a lancé son attaque au nord Mali contre les différents mouvements intégristes. Tous mobilisés contre l’ennemi. Les chaînes d’information continue ont revêtu leur tenue de combat. Et la classe politique toute entière applaudit…

Toute, non ! Quelques irréductibles résistent encore et toujours à l’appel de la fleur au fusil. Mais ces quelques voix discordantes semblent perdues dans un maelstrom cathodique et éditorial ne laissant aucune place aux déserteurs, aux tire-au-flanc et autres esprits chagrins qui ne sont pas si convaincus que çà par la guerre, pardon, par les opérations en cours au pays d’Amadou et Mariam qui chantent les beaux dimanches de Bamako.

Lire la suite...

mercredi 5 décembre 2012

Le retour des zozos de l’Arche perdue

ZOE.jpg

Les zozos de l’Arche de Zoé avaient défrayé l’actualité il y a 5 ans. Ils reviennent sous les feux de la justice cette fois, et sans la peur du ridicule qui, comme chacun sait, ne tue pas…

Souvenons-nous : les aventures des zozos de l’Arche de Zoé il y a 5 ans dans les sables du Darfour puis dans les prisons du Tchad avaient marqué le début du quinquennat de Nicolas S de Neuilly. Celui-ci, pris d’une frénésie libératoire voulait avait amusé la galerie avec les infirmières bulgares, Ingrid Betancourt ou nos pathétiques zozos.

La différence entre les infirmières de Kadhafi ou Ingrid Betancourt et nos aventuriers amateurs de l’arche perdue était de taille, et pour cause : les zozos étaient en prison, non pour avoir été victime d’un quelconque arbitraire, mais pour avoir tout bonnement kidnappé 103 enfants tchadiens ou darfouris. A l’époque, leur libération suite à une grâce présidentielle du très démocrate Idriss Déby avait été échangée contre rien moins qu’un sauvetage du régime grandement menacé par des colonnes de rebelles qui fonçaient sur Ndjamena et qui furent stoppés par le dispositif Epervier, d’un autre âge, celui du colonialisme.

Lire la suite...

jeudi 15 décembre 2011

Sud-Soudan : la famine guette

Sud-Soudan.jpg''

Indépendant depuis le 9 juillet dernier (voir ici), le Sud-Soudan (Republic of South Sudan en VO) doit faire face à son premier défi. Celui -ci s’annonce mal.''

Le nouveau pays doit faire face à une crise alimentaire qui pourrait, selon le Programme Alimentaire des Nations Unies (PAM), s’avérer désastreux pour une population victime de plusieurs fléaux dont, finalement, bien peu sont du ressort des autorités locales.

Comme la Crise mondiale, celle-ci est multiforme. Bien sûr, elle se base sur les réalités locales, mais les causes proviennent souvent d’ailleurs. La sous-région, baigne dans un contexte de guerres de basse intensité, rejaillissant sporadiquement, comme le Darfour. Le sud du Soudan, avant qu’il ne devienne le Sud-Soudan indépendant, a été le théâtre d’une guerre qui a duré de 1955 à 2005, soit un demi-siècle traversé par une paix relative entre 1972 et 1983. Quarante ans de guerre sur les cinquante dernières années. Une sorte de record.

Lire la suite...

mercredi 30 novembre 2011

Dernière chance à Durban ?

durban.jpg

Durban accueille en ce moment et jusqu’au 9 décembre la dix-septième conférence des Nations-Unies sur les Changements Climatiques. Cette conférence fait suite à celles de Copenhague (2009) et Cancun (2010) qui ont été des fiascos. La conférence de Durban échappera-t-elle à la loi des séries et sera-t-elle elle aussi un fiasco à l'image de la conférence des Nations Unies sur le racisme qui a eu lieu en 2009 à... Durban ?

Le texte du protocole de Kyoto est à ce jour le seul avec effet contraignant signé (en 1998) par la communauté internationale. Mais sa date de péremption est fixée au 31 décembre 2012. Si aucun autre texte n’est signé à Durban, plus aucune contrainte ne lie les pays en ce qui concerne le changement climatique. Et après, le déluge ?

Lire la suite...

dimanche 27 mars 2011

La maternelle de Benghazi

human-bomb.jpgAlors qu’il était maire de Neuilly mais aussi et déjà Ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, Nicolas Sarkozy mettait le pied sur le premier barreau de l’échelle qui allait le faire grimper vers l’Elysée en s’illustrant lors de la prise d’otages dite « de la maternelle de Neuilly. Aujourd’hui Président de la République Française d’une part et au plus bas dans les sondages, Nicolas 1er nous fait-il un remake de l’épisode de la maternelle ? Avec Kadhafi dans le rôle de Human Bomb et Sarkozy se rêvant maître du monde ?

Une chose est sûre : Nicolas S. (de Neuiily sur Seine) est présenté comme l’homme fort de la coalition hétéroclite partie à l’assaut du colonel honni. Les premières attaques aériennes ont été lancées par l’armée française dont on ne sait si une intervention en Afrique du Nord la plonge dans une nostalgie, camarade, et le Président s’affiche comme le chef d’état le plus motivé à aller casser du pro Kadhafi au sud de la Méditerranée.

Lire la suite...

dimanche 13 mars 2011

Maman, les p’tits bateaux…

boat_people.jpg…qui vont sur l’eau ont-ils des candidats à l’immigration dans leurs soutes renvoyés de l’autre côté de la Méditerranée ? C’est la question qu’on peut se poser après le remix de cette chanson enfantine par une obscure députée UMP qui se verrait tellement future ministre ou secrétaire d’état.

Le climat dans lequel évolue notre beau pays de France dans lequel les Roms courent toujours commence à sentir le renfermé. Et je pèse mes mots. En effet après moult épisodes, la très glorieuse Cinquième République est le théâtre d’une pièce que l’on nous a déjà jouée. Du mauvais théâtre de boulevard.

Lire la suite...

mercredi 20 janvier 2010

Pauvre, pauvre Haïti !

haiti_cherie_300pix.jpgLe séisme qui a frappé durement ce pays –destructions massives et centaines de milliers de morts- a été suivi d’une deuxième secousse, médiatique et humanitaire cette fois…

Si la gravité du tremblement de terre qui a dévasté cette partie de l’ancienne Hispaniola n’est pas à remettre en cause, il n’en n’est pas de même du traitement médiatique par les professionnels du secteur, marchands d’émotions à bon marché dont les politiques, surtout lorsqu’ils sont au pouvoir sont partie prenante.

Lire la suite...

- page 1 de 6