Chroniques d'un monde malade

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - démocratie

Fil des billets

mercredi 13 novembre 2013

La nausée et les mains sales

LaNausee.jpg

Il y a un bon paquet d’années, le regretté Pierre Desproges, dont les initiales auraient très certainement inspiré les excités de la manif pour tous, jamais à court de slogans poétiques, le regretté Pierre Desproges, disais-je, a estimé que le torchon, pardon, l’hebdomadaire « minute » avait l’avantage sur l’intégrale de Sartre d’être moins chiant et moins cher, car, pour quelques anciens francs seulement, un seul exemplaire nous offrait à la fois la nausée et les mains sales.

C’était quelque part vers la fin du vingtième siècle. Aujourd’hui, l’époque n’est finalement pas très différente, si ce n’est que les propos du torchon d’extrême droite sont devenus monnaie courante et s’expriment plus ou moins ouvertement dans la rue ou les médias parfois complaisants. En un seul mot, je précise. Quoique…

Lire la suite...

mercredi 21 novembre 2012

UMP : la moitié plus quatre-vingt-dix-huit…

fillon_cope.png

Après quelques dizains d’heures d’un suspense quasi-insoutenable, les élections présidentielles à l’UMP ont livré leur verdict pour un président bien mal élu… Une Mauvaise Plaisanterie ?

L’UMP aura donc offert un spectacle haut en couleurs, mais aussi en invectives, en accusations mutuelles de fraudes, en suspense et aura occupé les grands médias tout le week-end et même un peu plus : des envoyés spéciaux en pagaille pour des directs à la pelle. Les chaînes d’information continues n’ont pas lésiné sur les moyens et le temps accordé à cet « événement » qui a squatté les écrans. Comme d’habitude lors de ce genre de retransmission exclusive, il ne s’est rien passé d’autres ni en France, ni dans le monde, tout juste si Audray Pulvar a pu nous tenir au courant de sa situation affective et de sa séparation avec l’homme à la marinière, Arnaud Montebourg…

Mais revenons à notre sujet du jour : l’UMP s’est choisi un président avec difficulté et certainement grincements de dents. Le parti voulait nous montrer sa capacité à établir en interne un moment fort de démocratie. On se souviendra que les différents instituts de sondages qui prédisaient une large victoire de François Fillon on tous fait une erreur fondamentale : interroger des sympathisants et non des militants, véritable corpus électoral de ce scrutin.

Lire la suite...

mercredi 21 mars 2012

Human Bomb 2 : le 11 septembre de Sarkozy ?

hb.jpg

Les tueries de Toulouse et de Montauban semblent connaître leur épilogue deux jours après les derniers meurtres commis dans l’école Ozar Hatorah. Même si le nombre de victimes n’est pas comparable avec celui des Twin Towers, le 19 mars 2012 sera-t-il à Sarkozy ce que le 11 septembre 2001 fut à George W ?

Nonobstant les théories conspirationnistes énonçant que le 11 septembre aurait été une affaire montée de toutes pièces, et non une pièce montée, il nous est permis aujourd’hui d’entrevoir un débouché similaire sur le plan politique entre les deux événements que l’on peut qualifier d’attentats. Certes, si bien des différences existent entre ces deux dates funestes, quelques similitudes peuvent nous permettre de les relier et d’envisager cette année une réélection dans un fauteuil du candidat sortant.

Tout d’abord, l’effet de choc a joué à plein. Comme dans chaque drame vécu collectivement, le pays est sous l’émotion, palpable dans les grands médias à renfort de directs live, de dramatisation, d’emphase voire de lyrisme journalistique auxquels s’est joint l’ensemble ou presque de la classe politique. Le pouvoir n’a pas hésité à dramatiser jusque dans les écoles primaires en unissant la nation scolaire dans une minute de silence.

Lire la suite...

mercredi 18 janvier 2012

Yes we CAN 2012 !

stade.png

La Coupe d’Afrique des Nations, en jargon footballistique la CAN, revient comme tous les deux ans tenir en haleine les commentateurs sportifs. Parfois, on se dit qu’on aimerait que ce soient les commentateurs politiques qui se saisissent de cet objet d’actualité tant l’organisation de la compétition semble liée à des contraintes géo-politico-économico stratégiques…

En effet, cette année, c’est donc le Gabon, pays immense et très peuplé de près d’un million et demi d’habitants, et la Guinée Équatoriale (six cent mille ? sept cent mille habitants ou plutôt sujets de la famille Obiang) qui ont l’honneur d’organiser la CAN. Outre leur voisinage mutuel, ces deux pays ont en commun certaines traditions politiques. Tout d’abord, les deux pays sont sous la coupe réglée de deux familles (Bongo pour le Gabon et Obiang pour la Guinée Équatoriale) qui ont confisqué le pouvoir et les ressources naturelles, le sacro-saint pétrole, à leur propre profit.

On citera bien sûr les actions en justices menées par diverses associations de grincheux (dont Transparency International, Survie…) dans le procès dit des biens mal acquis. Car les familles Bongo et Obiang ne détestent pas à l’occasion investir dans la pierre et dans des pays occidentaux, au premier rang desquels la France. On ne niera pas non plus l’attirance dans des biens, mal acquis, certes, mais de luxe et qui vous classent leur propriétaire aussi sûrement qu’une collection de Rolex.

Lire la suite...

mercredi 21 septembre 2011

Relaxe générale !

 Malgré ses (presque) soixante dix-neuf ans, Jacques Chirac pète la forme en ce qui concerne son actualité judiciaire. Après son anosognosie qui lui évite bien des tracas dans les prétoires, on lui propose même la relaxe dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. Profitons-en, le mari de Bernadette paye sa tournée générale…

L’inénarrable ancien président a au moins autant de ressources, sans mauvais jeu de mots, après sa carrière politique que pendant. Pour reprendre une de ses expressions favorites, quand la Justice s’emmêle et s’en mêle, les accusations le concernant font pschitt, ce qui n’est pas le cas de la nouvelle taxe sur les sodas, soit dit en passant.

Ainsi, dans cette affaire des emplois fictifs pour laquelle Jacques Chirac était sur la sellette avec ses neuf complices, pardon, co-prévenus, il semblerait que la Justice elle-même finisse par devenir elle aussi fictive. Michel Maes, le procureur qui officie dans cette affaire a demandé « la relaxe pour l'ensemble des prévenus pour les faits qui leur sont reprochés ». Mais ce n’est pas tout, au cas où la relaxe n’aurait pas été accordée, Monsieur Maes avait tout prévu et proposé à la Cour : « Si vous deviez considérer que le délit est constitué, vous prononcerez une dispense de peine. »

Lire la suite...

vendredi 3 juin 2011

La politique, c’est le pied !

pied.png

L’affaire Strauss-Kahn aurait-elle libéré la parole sur les rapports qu’entretiennent certains politiques avec la « chose », euh, comment dire, les choses de la vie, bref, en clair, le sexe ? Une situation dans laquelle se retrouvent pêle-mêle hommes politiques, médias, accusateurs, victimes et coupables présumés, orifices divers et échanges de fluides…

Si selon Clausewitz, la guerre est « la continuation de la politique par d’autres moyens », nous pouvons nous demander à la lumière du climat qui règne en ce moment dans le microcosme politico-médiatique, si finalement la politique ne serait pas « la continuation de la sexualité par d’autres moyens » à moins que ce ne soit l’inverse. En effet, depuis le grand déballage sur les emballages express de DSK avant le « troussage de domestique » évoqué par un autre Kahn, on commence à entendre de belles histoires pour l’édification des masses sur les libidos exacerbées des thuriféraires de la démocratie à la sauce Cinquième République dont le priapisme confine, selon la sagesse populaire, à la bonne santé.

Lire la suite...

mercredi 21 avril 2010

Le 21 avril 2002

allumette.jpgIl n’aura échappé à personne que nous sommes aujourd’hui le 21 avril… Il y a huit ans, une drôle de configuration électorale allait nous faire vivre un second tour de l’élection présidentielle assez particulier…

C’était cinq ans avant l’avènement de Nicolas 1er. En ce temps-là, la France qui venait, du moins sur le plan du calendrier, de basculer dans le XXIème siècle nous offrait un second tour assez inédit dans l’histoire de la Cinquième République. Souvenez-vous… L’escroc ou le facho ? Lionel qui décidait de se retire de la vie politique. Des manifs dans les rues pour contrer le danger du second tour, deux millions de personnes dans les rues le premier mai. Des valises qui ne semblaient qu’attendre d’être bouclées pour aller se réfugier, qui en Belgique, qui au Québec. Un climat assez particulier.

Lire la suite...

- page 1 de 2