Chroniques d'un monde malade

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - humour

Fil des billets

mercredi 26 mai 2010

CM 2010 : Welcome to Suid-Afrika

fifa-world-cup-2010.jpgLa Coupe du Monde de foot se rapproche. La sauce monte et les yeux des uns se tournent vers l’Afrique du Sud. Jusqu’au onze juillet (11 !) il sera impossible d’y échapper. Pour la première fois la compétition se déroule sur le sol africain. Cap sur… Le Cap.

Lire la suite...

mercredi 28 avril 2010

CM 2010 : Le retour de l’équipe Black Blanc Beur

barbichette.jpgSouvenez-vous, c’était en 1998. L’équipe de France de football venait de gagner la Coupe du Monde du même nom. Thuram, Barthez, Zidane, c’était l’équipe de France Black Blanc Beur…

Le retour du concept est fracassant en cette année 2010 pleine d’incertitudes et pas seulement footballistiques. Car la « pauvre » équipe de France, si qualifiée qu’elle soit pour participer à la première coupe du monde de la FIFA sur le sol africain, n’en finit pas de rencontrer problème sur problème.

Lire la suite...

dimanche 10 août 2008

Beijing 2008 : le cadeau de France Télévisions

francetv.jpg''Diffuseur des « Jeux » sur les ondes hertziennes, France Télévisions et sa cohorte de chaînes permettant le jonglage entre France 2 et 3 (exercice bien rôdé lors du Tour de France de dopage, pardon de cyclisme ou de Roland Garros, le tournoi, pas l’aviateur), si elles ne sont pas encore libres de spots publicitaires, nous réservent des sacrées surprises qui ne soient pas un mix entre « Sacrée soirée » et « Surprise, surprise »…''

Verbiage

Incontinents de la parole, le staff, comme on dit en français, les envoyés spéciaux et parfois très spéciaux du groupe national de diffusion télévisuelle dans l’Empire du Milieu (et il ne s’agit pas là d’un reportage sur la mafia, quoique…) sont d’incorrigibles bavards qui n’ont tendance à n’écouter qu’une seule voix à part celles de leurs maîtres, la leur.

L’inénarrable Nelson Montfort et ses traductions in extenso dans ses interviews pourrait figurer une sorte de carte de visite pour le groupe dirigé par de Carolis. Mais s’il peut se prétendre la tête de pont du verbiage et de l’auto-écoute, l’ami Nelson est loin d’être le seul à s’écouter parler. Les inamovibles salariés du service des sports ne sont pas en reste avec leur illustre collègue qui s’illustre aussi « bien » dans les couloirs de Roland Garros, sur les bords des praticables de gymnastique ou encore, mais pour les JO d’été on aura la chance d’y échapper, aux abords des patinoires.

Ainsi, les cocoricos, l’emphase, l’hébétude béate devant le spectacle, ou encore l’approximation narrative de nos braves journalistes sportifs envahissent les ondes de France 2 ou 3 à longueur d’antenne, n’étant concurrencés véritablement que par leurs consultants (qui ne sont pas tous la contraction de « cons insultants) payés et acheminés grâce à la manne apportées par la redevance et, à en croire M. Coppé, la future ex publicité sur le service public.

Vous me direz dans un grand élan pléonastique, oui, sûr, OK, d’accord, certes, mais il n’y a qu’à couper le son. Oui, c’est possible, mais imaginons une seconde l’épreuve de tennis sans le bruit de la balle, les compétitions d’athlétisme sans le coup de pistolet du starter, et le tir au pistolet ou à la carabine mais avec silencieux ! Et bien à cette triste évocation du son et lumières olympique sans le son, il existe aujourd’hui une alternative…

Sévices publics contre service public

Les avis sont unanimes, la cérémonie d’ouverture était une belle cérémonie. Gloire à la Chine éternelle ! Mais combien et comment fut-elle gâchées par les sorties bilalianesques ou lamouriennes ou le sourire mi naïf mi retors du sieur Holz voulant comme à chaque fois qu’il est à l’antenne nous persuader de vivre un moment grandiose à tout prix, car grâce aux sponsors, vive le sport sur France Télévisions !

Le spectacle aurait ainsi pu être encore plus agréable sans avoir eu à se farcir les « pensées » de ces prix Pulitzer potentiels. Mais, trop tard… Et dire qu’il faudra se les fader pour la cérémonie de clôture.

Mais Patrick de Carolis, entre ses interviews de Bernadette Chirac et ses coups de gueule contre la machine de guerre UMP qui fait du passé chiraquien des institutions table rase, oublie parfois d’être con. C’est ainsi que France Télévision nous propose, en exclusivité et en catimini (ce qui n’est pas incompatible), la diffusion de ces jeux sans les paroles mais avec la musique.

Nous avons donc accès aux images officielles des JO par internet sans les platitudes et sursauts émotionnels de nos amis journalistes et consultants, mais avec le bruit d’ambiance sur les différents sites olympiques. Quel repos ! En plus, ce qui ne gâte rien, nous avons accès à tous les sites en simultané. A nous les joies du tir au pistolets à 1 mètres ou à la compétition féminine d’haltérophilie qui se joue entre une ouzbek, une azérie et une monténégrine ! Fini le chauvinisme aussi imposé que les figures du même nom dans un programme de patinage (décidément, j’ai du mal à oublier les JO d’hiver, moi !) !

De l’interactivité, rien que de l’interactivité non parasitée par nos hypertrophiés de la menteuse, nos vibreurs de cordes vocales, nos petits maîtres à penser sport comme dirait Doc Gynéco. Merci France Télévisions.

Bon, certes, mais comme disent nos voisins britanniques et néanmoins anglophones (ce qui n’est pourtant pas incompatible, alors pourquoi ce néanmoins ? parce que…) what’s the catch ? Où est l’arnaque ? Et bien pour avoir accès à cette merveille de la technologie et de l’interactivité réunies, il vous faudra simplement installer un logiciel estampillé Microsoft et en version beta (bétas ?) de surcroît, qui se met à jour tout seul sans vous demander votre avis. Ce n’est pas obligatoire, certes, mais fortement conseillé pour pouvoir « profiter de tout le contenu interactif ».

Enfin, même si on compte la pub pour un annonceur officiel des JO diffusée au début de la diffusion (on n’est plus à un pléonasme près), ce n’est pas cher payer pour éviter le verbiage verbeux des professionnels de la profession…

Voici le lien : http://sport.francetv.fr/jeux-olympiques-2008/

francetvbeijing.jpg

vendredi 18 avril 2008

Pierre Desproges n'est pas mort...

desproges.jpg"Les étrangers basanés font rien qu’à nous empêcher de dormir en vidant bruyamment nos poubelles dès l’aube alors que, tous les médecins vous le diront, le Blanc a besoin de sommeil…"

Ou encore :

"Il y a plus d’humanité dans l’œil d’un chien quand il remue la queue que dans la queue de Le Pen quand il remue son œil."

Et le précurseur guantanamesque :

"Bien plus que le costume trois pièces ou la pince à vélo, c’est la torture qui permet de distinguer à coup sûr l’homme de la bête. "

Vingt ans après la disparition de Pierre Desproges, son humour nous manque cruellement. Loin des humoristes soi-disant comiques et certainement vulgaires estampillés Sarkozy et loin du brossage dans le sens du poil, Desproges proposait du véritable poil à gratter, à récurer même, nos travers individuels et collectifs.

Pierre Desproges me manque encore. D'ailleurs, quand j'ai appris sa mort, je n'ai pas repris deux fois des nouilles...

En prime, une nécessaire Minute Nécessaire de Monsieur Cyclopède, ma préférée : "Sachons distinguer une balle à blanc d'une balle à noir". Toujours d'actualité ?


Monsieur Cyclopède - Sachons distinguer...

Et la véritable raison de la mort de notre cher Desproges : il avait épuisé ses batteries, le scoop.


Pour aller plus loin

Le site officiel sur Pierre Desproges et l'ensemble de son oeuvre

page 2 de 2 -